Articles

Le réseau national d’électricité alimente désormais Sourgou

En janvier 2016, nous apprenons que la commune de Sourgou est reliée au réseau national d’électricité (SONABEL).

Nous décidons alors du transfert de l’installation solaire équipant jusqu’alors l’école de Sourgou, vers l’école de Puédogo (village dépendant  de Sourgou) ce qui fut fait courant 2016.

Cette installation est à présent fonctionnelle à Puédogo ainsi que le forage qui a pu être réalisé et équipé d’une pompe à mains de type India à proximité de l’école.

Puédogo forage

Pour information le coût d’un forage et son équipement s’élève à 8 500 000 francs CFA soit 12 970 €uros.

Une étude préalable d’implantation coûte 500 000 francs CFA soit 765 €uros par recherche.

Claudine Moissonnier et Abdou Salam Kaboré

Assemblée Générale des Puisatiers le 10 avril 2016

En début de séance, fut évoqué le souvenir de Georges Moissonnier fondateur et président de l’association depuis 1999.
L’accueil des participants et la présentation de l’ordre du jour ont ouverts la séance.

Le rapport d’activités et le bilan financier de 2015 étant adoptés à l’unanimité, les perspectives et le budget prévisionnel pour 2016 ont été présentés et acceptés.

 

Les projets décidés pour 2016 sont :

L’achat et la distribution annuelle des fournitures scolaires  pour environ 2400 élèves (6 écoles).

A Sanon :

Construction de latrines près du local de la formation couture.

– Transfert d’un compteur d’eau pour évaluer les économies d’eau réelles liées au système de goutte à goutte.

Suivi de la formation « fabrication de savon » au beurre de karité et commercialisation.

Achat d’une pompe immergée en remplacement de celle datant de 2001.

Remplacement du régulateur de charge du système d’électrification solaire du dispensaire.

 

A Sourgou :

– Electrification solaire de l’école de Puédogo  (recyclage du matériel de l’école de Sougou qui est à présent alimentée par l’électrification de la commune), et,

Réalisation d’un forage à cette école.

Réalisation de 3 puits busés et sécurisés dans le périmètre maraîcher de 82 femmes.

Réparation de 2 motopompes et d’un groupe électrogène de 14 KWA.

Achat d’un concasseur de noix de karité, et

Formation à la fabrication de savon de karité pour les femmes.

 

Le renouvellement des membres du bureau a été voté :

Bernard Gex ayant assuré l’intérim de la présidence depuis quelques mois, ne représentant pas sa candidature, la candidature de Claudine Moissonnier  accueillie favorablement est  acceptée à l’unanimité.

Abdou Salam Kaboré, notre correspondant « principal » à Ouagadougou a été nommé vice-président à sa demande et avec l’accord de l’assemblée.

Une troisième vice-présidente, Jacqueline Singer,
une nouvelle trésorière, Odile Didier,
et son adjoint, Michel Henry,
renforcent ainsi l’équipe du conseil d’administration. Les autres membres conservent leur poste.

 

Le montant de la cotisation annuelle est maintenu à 25 € par personne & par an

Nous vous invitons à nous rejoindre ou à renouveler votre cotisation le plus vite possible.
Pour plus d’information cliquez ici.

Grand périmètre cultivé de Sanon

Le grand périmètre cultivé de Sanon : création et évolution

En 1989, la CEE créée une rizière de 2,7 ha dans les bas-fonds de Sanon où un forage fut réalisé.

La saison des pluies permet la culture du riz, on parle de riz pluvial.
La saison sèche permet de pratiquer le maraîchage.

Le périmètre périclita lorsque  l’encadrement européen quitta le pays en 1991 bien qu’il ait demandé au gouvernement du Burkina Faso de continuer l’action « rizière ». Mais aucun engagement écrit n’ayant été signé et aucune ONG n’ayant pris la relève, le moniteur n’a plus été payé, le trésorier est parti avec la caisse et la misère est revenue chez les villageois.

Accéder à l’autonomie et à la suffisance alimentaire sont les objectifs des Puisatiers :

A partir de 2002, les Puisatiers restaurent le site et ses différentes installations avec l’aide de l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse : clôture, pompes immergées, groupe électrogène, château d’eau, bassins d’irrigation, canaux de répartition et achètent : petit matériel de culture, semences, engrais et carburant pour les groupes.

Une centaine de villageois redémarre les cultures,  encadrée par un moniteur agricole burkinabè dont la formation et la rémunération furent prises en charge par les Puisatiers.

Bassin d'irrigation et canux de répartition entre les parcelles

Une convention entre les Puisatiers et le Comité de gestion est signée indiquant en particulier la nécessité de gérer les revenus engendrés par les récoltes, afin de prévoir et assumer les achats et interventions nécessaires pour assurer la maintenance du matériel.

Signature de convention

La formation de 2 jeunes volontaires au BEP de moniteur agricole et un stage d’électromécanique pour un 3 ème sont pris en charge financièrement par les Puisatiers.

 En 2008, une installation solaire complète l’installation ce qui  permet le pompage de l’eau dans la journée diminuant ainsi la quantité de carburant (très onéreux) utilisé la nuit pour remplir le château d’eau.

En 2015, une remise en état, conformité et sécurité de toute l’installation de pompage est effectuée.

Rénovation et Sécurisation

Dispensaire Anna de Sanon

Le dispensaire de Sanon construit par les Puisatiers

Pour favoriser la santé, les Puisatiers construisent un dispensaire à Sanon

En 2005, le dispensaire nommé Anna du nom d’une bienfaitrice, a été construit et meublé par du matériel récupéré en France.

Salle d'hospitalisation du dispensaire

Le projet comporte l’utilisation d’un forage proche, la construction d’un château d’eau, l’achat d’un groupe électrogène, d’une pompe immergée et  la réalisation d’une canalisation d’environ 500 m par les villageois.

Chateau d'eau du dispensaire
Ce dispositif réalisé grâce à l’aide de l’Agence de l’Eau Rhin Meuse, permet d’assurer l’alimentation simultanément en eau et  en électricité du dispensaire et de la maternité.

Une cuisine, c’est-à-dire un local abrité composé de 2 foyers, a été réalisée afin que les familles puissent préparer les repas de leur malade hospitalisé.

En 2013, les murs de la salle d’accouchements de la maternité ont été carrelés afin de favoriser l’hygiène.

Maternité salle de travail carrelée

Depuis 2015, une installation solaire alimente le réfrigérateur à énergie mixte du dispensaire permettant ainsi la conservation des vaccins sans interruption de la production de froid. En effet l’alimentation en bouteilles de gaz est trop souvent aléatoire (nombreuses rupture de stock même sur Ouagadougou).