LES ÉCOLES PRIMAIRES

Favoriser la scolarisation des enfants et notamment des filles
et créer un environnement favorable à l’enseignement.

# CONSTRUCTION ET RÉHABILITATION DE BÂTIMENTS

(classes et latrines) en pierre de pays, participation de la  population qui réunit  les agrégats nécessaires à la construction.

# ACHAT DE MOBILIER

pour les salles de classe.

# ÉCLAIRAGE SOLAIRE

de 2 salles de classes par école, favorisant les devoirs du soir, le travail des instituteurs après la classe, éventuellement des réunions de parents d’élèves ou des cours d’alphabétisation.

# ACHAT DE FOURNITURES SCOLAIRES

achetées (au Burkina Faso) et distribuées à la rentrée scolaire de chaque année, la dotation de l’État burkinabè arrivant  plus tardivement.

# FORAGE

à proximité de chaque école pour l’accès à l’eau potable mais aussi pour l’irrigation d’un jardin potager pédagogique, voire d’un verger. Les équipes enseignantes intègrent le développement des potagers dans leur programme ainsi que des notions d’hygiène appliquées à l’entretien des latrines et à l’utilisation de l’eau.

Cette démarche, dans laquelle les instituteurs sont très impliqués, permet une diversification alimentaire et un complément non négligeable pour la cantine gérée par l’association des Mères Educatives (AME).

NOS RÉALISATIONS

> 3 classes complémentaires construites à Sanon (2005)

> 3 classes réhabilitées à Sanon et à Sourgou (2006 à 2007)

> Mobilier pour les 3 classes de l’école de Barouli (2008)
et 4 classes du collège de Sanon (entre 2011 et  2013)

> 2 salles de classe électrifiées par l’énergie solaire, dans 6 écoles (Nabitenga 2, Sanon, Barouli, Sourgou, Woro et Puedogo)

> Achat et distribution de fournitures scolaires dans 6 écoles (pour 2 398 élèves en 2015)

> Forages réalisés dans chaque école.

L’apprentissage du français (langue officielle au Burkina Faso)
s’enseigne tout au long du cycle primaire et se poursuit lors du cycle secondaire.

LE COLLÈGE

Permet l’accès au cycle secondaire
afin que les élèves ne perdent pas leurs acquis  en retournant au sein des familles
encore trop rarement alphabétisées et ne pratiquant pas le français couramment.

# CONSTRUCTION DE BÂTIMENTS

De nombreux enfants des villages de Sanon ne pouvaient poursuivre leurs études après le cycle élémentaire.
La population, les enseignants, les autorités locales ont attendu avec impatience la création d’un collège à Sanon car les enfants après le primaire rejoignaient le milieu traditionnel et oubliaient toutes les notions acquises.

# DEPUIS 2011

Le projet de construction ne prévoyait qu’une classe par niveau, mais les parents d’élèves ont voulu inscrire tous les élèves éligibles à l’entrée en 6ième et ont ainsi créé 2 classes de 6ième et 2 classes de 5ième.
En janvier 2014, l’effectif pour 2 classes de  6ième  + 2 classes de 5ième + 1 classe de 4 ième était de : 443 élèves.
Ils se sont alors engagés à construire éventuellement des bâtiments nécessaires et à recruter et rémunérer des professeurs supplémentaires de façon à ce que tous les cours soient assurés.

NOS RÉALISATIONS

> de 2011 à 2013
construction du collège de Sanon
Avec l’autorisation de l’Etat burkinabè, selon les plans officiels de l’administration burkinabè qui s’est engagée à nommer et rémunérer les professeurs nécessaires.

> 26 janvier 2014,
inauguration du collège
.
Il comporte 3 blocs pédagogiques équipés de mobilier, 1 bâtiment administratif, 1 cuisine, 1 aire de restauration, des latrines, 1 forage et 2 logements pour les professeurs.

FORMATION PROFESSIONNELLE

Permettre le développement de compétences utiles
et ainsi aider les jeunes à se fixer dans leur village
sans penser à émigrer vers les grandes villes ou l’étranger.
Notre souhait avec celui des autorités locales et des parents d’élèves est la création d’un Centre publique de Métiers.

# FORMATION COUTURE

Depuis 2011, une monitrice de couture engagée par les Puisatiers propose une formation couture en 2 ans aux élèves en  fin de CM2.

# JARDIN EXPÉRIMENTAL

Un jardin expérimental va être crée à proximité du collège afin de sensibiliser les élèves aux métiers de l’agriculture en particulier en classe de 5ième dont le programme en SVT comporte l’étude de la botanique. Ce projet va être soutenu et animé par un jeune de Sanon, Koudbi Zongo,  ayant suivi une formation longue de 10 mois prise en charge par les Puisatiers à la ferme pilote de Guiè.

NOS RÉALISATIONS

> 4 machines à coudre ont été achetées.

> 2 BEP agricole pris en charge par les Puisatiers, afin qu’ils deviennent moniteurs agricoles dans le village.

> 1 Formation de 10 mois, pour un jeune de Sanon, titulaire du brevet.

> 2 jeunes élèves « méritants » et motivés ont effectué un stage à la ferme de Guié.

FORMATION ADULTE

Accompagner les villageois, femme et homme, vers un développement durable dans le respect de l’environnement.

Intégrer la dimension économique dans le choix des actions.

# APPRENTISSAGE DE MÉTHODES ET TECHNIQUES AGRICOLES

> Optimiser la production maraîchère et parvenir à obtenir des revenus substantiels  par l’apprentissage de techniques de commercialisation.

> Obtenir une diversification et une suffisance alimentaire.

Les Puisatiers ont financé l’organisation de visites dans les fermes pilotes de Guiè et Filly, à l’initiative du représentant local et des instituteurs. Les groupes étaient composés d’agricultrices, d’agriculteurs et d’enseignants des différents villages de Sanon et Sourgou.

Le Centre Albert Schweitzer de Ouagadougou assure également des formations sur place auprès de groupes d’agricultrices.

Ces structures enseignent et expérimentent des méthodes d’agriculture durable, respectueuses et adaptées à l’environnement sahélien.

# ENTRETENIR, MAINTENIR ET RÉPARER LES INSTALLATIONS MÉCANIQUES, HYDRAULIQUES ET ÉLECTRIQUES

> Des formations visant la maintenance des installations de pompage fonctionnant alternativement  à l’énergie solaire et thermique.

> Formation à la maintenance du petit matériel d’éclairage solaire dans les écoles et les dispensaires installé par les Puisatiers.

> Formation à l’utilisation et l’entretien du petit matériel électrique mis à disposition dans les écoles et dispensaires-maternités à destination des enseignants, infirmiers, sages-femmes et parents d’élèves impliqués dans le comité de gestion des écoles.

# TRAVAUX DE MAINTENANCE

Toutes les installations (mécaniques, hydrauliques, électriques, solaires…)
font l’objet régulièrement de remise en état, d’amélioration, de remplacement assurés par les Puisatiers.

> Les forages doivent être soufflés tous les 2 ou 3 ans…

> Les villageois participent aux travaux de construction et de maintenance dans la limite de leurs compétences.

> Les gros travaux sont contrôlés par un bureau d’études.

NOS RÉALISATIONS

> 1 moniteur agricole recruté et intervenant auprès des agriculteurs de  Sanon (2002).

> 40 agriculteurs de Sourgou ont reçu une formation par un agent technique d’agriculture prise en charge par les Puisatiers (2007).

> 2 groupes d’agriculteurs et 20 jeunes de Sanon ont visité la ferme pilote expérimentale de Guiè (entre 2011 et 2013).

> 6 groupes constitués d’agricultrices, agriculteurs et enseignants, venus des villages de Sourgou ont bénéficié d’une visite à la ferme pilote expérimentale  de Guiè ou Filly (2013).

1 élève titulaire du CFEP  a suivi un stage de mécanique afin d’assurer la maintenance des groupes électrogènes.