Le réseau national d’électricité alimente désormais Sourgou

En janvier 2016, nous apprenons que la commune de Sourgou est reliée au réseau national d’électricité (SONABEL).

Nous décidons alors du transfert de l’installation solaire équipant jusqu’alors l’école de Sourgou, vers l’école de Puédogo (village dépendant  de Sourgou) ce qui fut fait courant 2016.

Cette installation est à présent fonctionnelle à Puédogo ainsi que le forage qui a pu être réalisé et équipé d’une pompe à mains de type India à proximité de l’école.

Puédogo forage

Pour information le coût d’un forage et son équipement s’élève à 8 500 000 francs CFA soit 12 970 €uros.

Une étude préalable d’implantation coûte 500 000 francs CFA soit 765 €uros par recherche.

Claudine Moissonnier et Abdou Salam Kaboré

Assemblée Générale des Puisatiers le 10 avril 2016

En début de séance, fut évoqué le souvenir de Georges Moissonnier fondateur et président de l’association depuis 1999.
L’accueil des participants et la présentation de l’ordre du jour ont ouverts la séance.

Le rapport d’activités et le bilan financier de 2015 étant adoptés à l’unanimité, les perspectives et le budget prévisionnel pour 2016 ont été présentés et acceptés.

 

Les projets décidés pour 2016 sont :

L’achat et la distribution annuelle des fournitures scolaires  pour environ 2400 élèves (6 écoles).

A Sanon :

Construction de latrines près du local de la formation couture.

– Transfert d’un compteur d’eau pour évaluer les économies d’eau réelles liées au système de goutte à goutte.

Suivi de la formation « fabrication de savon » au beurre de karité et commercialisation.

Achat d’une pompe immergée en remplacement de celle datant de 2001.

Remplacement du régulateur de charge du système d’électrification solaire du dispensaire.

 

A Sourgou :

– Electrification solaire de l’école de Puédogo  (recyclage du matériel de l’école de Sougou qui est à présent alimentée par l’électrification de la commune), et,

Réalisation d’un forage à cette école.

Réalisation de 3 puits busés et sécurisés dans le périmètre maraîcher de 82 femmes.

Réparation de 2 motopompes et d’un groupe électrogène de 14 KWA.

Achat d’un concasseur de noix de karité, et

Formation à la fabrication de savon de karité pour les femmes.

 

Le renouvellement des membres du bureau a été voté :

Bernard Gex ayant assuré l’intérim de la présidence depuis quelques mois, ne représentant pas sa candidature, la candidature de Claudine Moissonnier  accueillie favorablement est  acceptée à l’unanimité.

Abdou Salam Kaboré, notre correspondant « principal » à Ouagadougou a été nommé vice-président à sa demande et avec l’accord de l’assemblée.

Une troisième vice-présidente, Jacqueline Singer,
une nouvelle trésorière, Odile Didier,
et son adjoint, Michel Henry,
renforcent ainsi l’équipe du conseil d’administration. Les autres membres conservent leur poste.

 

Le montant de la cotisation annuelle est maintenu à 25 € par personne & par an

Nous vous invitons à nous rejoindre ou à renouveler votre cotisation le plus vite possible.
Pour plus d’information cliquez ici.

Dispensaire Anna de Sanon

Le dispensaire de Sanon construit par les Puisatiers

Pour favoriser la santé, les Puisatiers construisent un dispensaire à Sanon

En 2005, le dispensaire nommé Anna du nom d’une bienfaitrice, a été construit et meublé par du matériel récupéré en France.

Salle d'hospitalisation du dispensaire

Le projet comporte l’utilisation d’un forage proche, la construction d’un château d’eau, l’achat d’un groupe électrogène, d’une pompe immergée et  la réalisation d’une canalisation d’environ 500 m par les villageois.

Chateau d'eau du dispensaire
Ce dispositif réalisé grâce à l’aide de l’Agence de l’Eau Rhin Meuse, permet d’assurer l’alimentation simultanément en eau et  en électricité du dispensaire et de la maternité.

Une cuisine, c’est-à-dire un local abrité composé de 2 foyers, a été réalisée afin que les familles puissent préparer les repas de leur malade hospitalisé.

En 2013, les murs de la salle d’accouchements de la maternité ont été carrelés afin de favoriser l’hygiène.

Maternité salle de travail carrelée

Depuis 2015, une installation solaire alimente le réfrigérateur à énergie mixte du dispensaire permettant ainsi la conservation des vaccins sans interruption de la production de froid. En effet l’alimentation en bouteilles de gaz est trop souvent aléatoire (nombreuses rupture de stock même sur Ouagadougou).

les_puisatiers_maternite_01

Maternité de Sanon

A la maternité, Honorine NIKEMIA,
l’accoucheuse, est très satisfaite du carrelage qui est bien posé aux murs ainsi que sur les paillasses…
La finition du  contour des interrupteurs a été réalisée au plâtre, un interrupteur cependant mérite d’être remplacé ce qui est prévu par Francis.

Lire la suite

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Famine évitée en mars 2008

Une saison des pluies désastreuse en août 2007

Dans la région de Sanon et Sourgou, la saison des pluies 2007 fut désastreuse et les récoltes très mauvaises.

Dès mars 2008, les instituteurs nous informaient que les cantines étaient fermées et que les enfants ne mangeaient plus que tous les trois jours, ne parvenant plus à travailler l’après-midi tant ils avaient faim.

En avril les greniers étaient vides, comment les villageois pouvaient-ils se nourrir jusqu’aux récoltes d’octobre ?

A Sourgou, la digue du barrage s’est rompue inondant les zones de culture.

La famine était inéluctable, il fallait agir 

Notre représentant à Ouagadougou prospecta aussitôt les régions du Sud du pays moins affectées par les inondations  pour réserver, avant la fin des moissons des céréales : mil,  sorgho et maïs blanc. A Ouagadougou il loua un magasin pour stocker le grain. Ce local a été nettoyé et sécurisé.

Ce sont 1610 sacs soit 167 tonnes de grains qui ont été  transportées de leur région d’origine au magasin puis aux villages de Sanon et Sourgou.

En novembre 2007 un sac de grains coûtait 6 500 Fcfa, l’inflation fut rapide et importante  puisqu’en mars 2008, le même sac valait 12 500 Fcfa !

Financièrement,  les Puisatiers ont été aidés par le Conseil Régional de Lorraine, le Conseil Général de Meurthe et Moselle, la Communauté de communes des 3 vallées et les lycéens et professeurs du Lycée Mayer de Creutzwald.

La vente de céréales à « prix social » aux villageois

Nos correspondants, Francis Zongo à Sanon et Abdou Salam Kaboré à Sourgou  organisèrent les distributions.

Distribution des céréales

Dans chaque village un comité a été formé, présidé par les maires, pour assurer une comptabilité détaillée et vérifier que les quotas définis par famille étaient respectés.

A l’annonce des distributions par les conseils municipaux, les visages des mères de famille se sont illuminés, elles étaient tellement anxieuses pour leurs enfants…

Femme venue s'approvisionner en céréales